Patrimoine de Regny 

Culture et Histoire 

Notre association a pour objet de recenser, faire connaître, valoriser, animer, mettre en valeur le patrimoine, religieux, industriel, artistique, culturel et historique de village.

« L’HERITAGE NE SE TRANSMET PAS, IL SE CONQUIERT »

André Malraux (1935)

Le 1er juillet 2013, j’ai visité l’usine Jalla du village du moins ce qui en reste étant donné que les derniers gestionnaires en tout vendus.
Petit rappel, le groupe Descamps a déposé son bilan en juin 2010 et le tribunal de commerce de Bobigny a retenu comme repreneur en 2011 les fonds d'investissement Astrance, dont le projet prévoit un repositionnement sur le haut de gamme et 24 licenciements sur 144 personnes (ramenant l'effectif à 90 personnes). Ce projet a été préféré à un autre, soutenu par les salariés et les élus locaux, qui envisageaient le maintien de tous les emplois, résultat des courses comme on-dit ; il n’y a plus personne, c'est terminé pour de bon.
 
Le but de cette visite, c’est la réalisation de prises de vues des métiers à tisser et autres matériels destinés à la fabrication de tissu-éponge, et également de collecter des renseignements en consultant les archives de l’entreprise. 
 
Pour les prises de vues pas de problème, cependant pour les archives je me suis trouvé devant une personne responsable des quels que 15 employés et ouvriers qui restaient encore sur le site sur les 144 restants avant le dépôt de bilan, (il y avait 400 ouvriers à Régny en 1978), cette personne refuse catégoriquement de me présenter les quelques archives restantes dans l’entreprise, comportement dommageable pour la suite de mon récit sur la MÉMOIRE du village. 
 
Après plus de deux heures de visites guidées par un ancien cadre de l’usine, et quelque 250 photos j’ai pu me rendre compte du massacre que représente la fermeture de cette usine, machines abandonnées à moitié démontées, des serviettes épongent qui traînent dans tous les coins, des bobines de fil, des tissus sur les rouleaux, des peignoirs finis emballés prêts à être livré, des tonnes et des tonnes de marchandises oubliées par qui point ? …. …. …. //
 
Malgré l’autorisation de visite, j’ai vite senti que nous n’étions pas les biens venus dans les locaux de l’usine à l’abandon, le jour de notre visite se trouver sur place une équipe d’ouvriers portugais qui démontaient les machines encore debout, métiers à tisser et autres ; pour, je crois, les transporter dans leur pays et fabriquer les serviettes éponges et peignoirs qui reviendront en France deux fois moins chère, marché européen et mondialisation obligent … … … //
 
J’ai quand même récupéré plusieurs documents qui se trouvaient dans un atelier entre autres un document très intéressant, un procès-verbal de désaccord sur les négociations salariales menées les 10 juillet et 28 août 2012 entre la société Descamps S.A.S et les délégués centraux de la société.
 
Nous ne pouvons pas être contre les revendications, mais dans certains cas il ne faut pas dépasser certaines limites.

 
Sur un des documents, il est demandé 1700 € comme minimum mensuel avec un effet rétroactif, au 1rer janvier 2012 c’est normal, ainsi que la généralisation du 13e mois à l’ensemble du personnel oui très bien, en revanche demander 50 € de plus sur les primes pour la médaille du travail pour chaque tranche cela veut dire pour trois exemples les gratifications aux 20/05/2010 sont de, pour 5 ans 54 €, pour 20 ans 164 €, pour 40 ans 379 €. 
 
Je pense que les primes existantes sont déjà élevées par rapport à beaucoup d’autres entreprises, demander également une revalorisation des bons cadeaux pour les naissances de 40 € à 70 € et de 75 € à 100 € pour les bons cadeaux pour les mariages et les départs en retraite une multitude d'entreprises ne distribue pas de t’elle priment. 

 

Mais bizarrement, pour cette demande Descamps SAS a répondu favorablement les 12 août 2012, par décision unilatérale les mesures suivantes seront appliquées à compter du 1er juillet 2012, l’attribution aux salariés ayant une ancienneté de 12 mois révolus, la société offre des bons d’achat sur les produits de l’entreprise à des prix préférentiels lors d’événements familiaux par exemple 75 € pour un mariage ou un départ en retraite si les articles sont des produits suivis ou 100 € si les articles sont des produits non suivis et 40 € par naissance si les articles sont des produits suivis ou 50 € si les articles sont des produits non suivis.


Établir des primes par service en remplacement de l’intéressement. Il existe déjà des primes d’assiduité qui sont calculées mensuellement, le montant et de 37,50 € saufs en juillet pour les ouvriers ayant au moins un an d’ancienneté information trouvée sur document de Decamps SAS du 20/05/2010, sur le même document nous trouvons également des bonifications annuelles versées en juillet 2010 concernant les absences des ouvriers pour 11 mois sans absence 187,50 €, pour 10 mois 150 €, pour 9 mois 112,50 €, pour 8 mois 75 € et pour 7 mois 37,50 €, dans l’article 4 du document il est noté que toute absence quel que soit le motif sera compté sauf, les congés maternité et les absences prévues dans la convention nationale du textile à l’article 65.
 
Sur le procès-verbal de désaccord 10 juillet et 28 août 2012 nous trouvons aussi la revalorisation de 8 € des tickets restaurant c’est déjà bien d’avoir des tickets restaurant, surtout pour du personnel qui comme à Régny ne mange jamais au restaurant pendant leurs jours de travail et là aussi une multitude d'entreprises ne donne pas de ticket restaurant faute de moyens ; même réflexion pour la demande des chèques-vacances et pour l’augmentation du budget du comité d’entreprise.
 
Je vous rappelle que le groupe Descamps a déposé son bilan en juin 2010 et le tribunal de commerce de Bobigny, que le procès-verbal de désaccord date de juillet et août 2012. … …  (il restait en juin que 90 employers) 
 
Sans commentaire c’est à vous lecteurs de vous faire votre propre opinion. 
 
 

A lire.

Sur l'héritage culturel - Malraux.org