Patrimoine de Regny 

Culture et Histoire 

Notre association a pour objet de recenser, faire connaître, valoriser, animer, mettre en valeur le patrimoine, religieux, industriel, artistique, culturel et historique de village.

« L’HERITAGE NE SE TRANSMET PAS, IL SE CONQUIERT »

André Malraux (1935)

A lire.

Sur l'héritage culturel - Malraux.org

Pendant et après l’installation des industries et avec l’arrivée massive des familles, il faut penser à l’instruction des enfants. En consultant les archives, nous nous apercevons qu’en 1852 l’école des filles était dirigée par les Religieuses de Claveizolles (village dans le département du Rhône) et entre 1859 et 1878 on retrouve dans le village une école de garçons dirigée par les Petits Frères de Marie.

 

Toujours dans les archives communales de 1860 on trouve l’information suivant, Monsieur Fouilland instituteur de l’époque faisait la classe dans l’église prieurale transformée en logement.

 

Le 23 février 1888, l’école communale tenue par les religieux devient laïque et ouverture de l’école libre des filles tout juste construite et si installe 1er octobre 1888, nous avons également l’ouverture provisoire de l’école libre des garçons dans la propriété de Melle Berger, le 6 novembre 1890. En 1891 construction définitive de l’école libre des garçons dirigés par les frères, ils en prennent possession à la Toussaint de 1891. 

Ecole libre des filles qui est devenue une habitation, l’entrée principale se trouve 6 rue des écoles.

Ecole laïque des garçons, devenue une habitation qui se trouve à l’angle de la rue Jules Ferry et de la rue du 19 mars 1962.

Ecole paroissiale (libre) des garçons.

La lutte entre école libre et école laïque est donc déclarée à Régny, dès 1888 avec l’ouverture de l’école maternelle par une institutrice laïque école tenue alors par sœur Alphonse. 

École libre, école privée ?


Ce sont les auteurs de la loi du 15 mars 1850 qui ont imaginé d'appeler « écoles libres » les « écoles primaires ou secondaires fondées et entretenues par des particuliers ou des associations » (art. 17). Auparavant, le législateur désignait sous le nom « d'écoles privées », dans l'enseignement primaire, les écoles qui n'étaient pas des établissements publics, dans l'enseignement secondaire, ces écoles s'appelaient « établissements particuliers ». 

 

Le projet de loi sur l'organisation de l'enseignement primaire élaboré par la commission parlementaire dont Paul Bert fut le rapporteur, projet que la Chambre des députés adopta le 18 mars 1884 et qui est devenu la loi du 30 octobre 1886, employa de nouveau, comme l'avait fait la loi du 28 juin 1833, la dénomination d'écoles privées. L'évêque d'Angers, Freppel, ayant vivement insisté, dans le débat à la Chambre, pour le maintien de la qualification d'écoles libres … … … //

Désormais les parents doivent faire un choix ce qui révèle plus ou moins leurs convictions politiques.

 

Constatations faites et après interrogation des anciens, les filles fréquentaient plus l’école libre et les garçons l’école publique.

Les raisons suivantes sont évoquées, les mères s’occupent plus des filles et chaque dimanche fréquent l’église pour aller à la messe, la bonne morale et la bonne éducation y sont dispensées, à l’inverse des pères qui eux le dimanche fréquente les cafés pendant la messe. On peut dire à l’époque nous pouvons supposer que les femmes avaient des convictions politiques de droite et les hommes de gauche. 


Pourtant l’enseignement est identique, les matières sont les mêmes, orthographe, calcul, grammaire, lecture, histoire, géographie...// Cependant, dans les écoles libres étaient dispensés en plus un enseignement religieux et du catéchisme. 

 

L’école publique des filles se trouvait au carrefour de la route de Montagny et Amplepuis-Thizy, jusqu’en octobre 1955 à l’ouverture du groupe scolaire Georges Fouilland, l’école fut remplacée dans un premier temps par la caserne de gendarmes motorisés et ensuite par des logements. 

C’est à partir d’octobre 1955 que les deux écoles laïques, filles et garçons sont regroupés dans le nouveau groupe scolaire inauguré le 1ère juillet1956. 

Déjà en 1944, l’idée de construire un groupe scolaire prit forme, que l’on retrouve dans les délibérations du conseil municipal.

 

C’est en 1948 que le projet prit toute son utilité, car le nombre des élèves ayant considérablement augmenté en raison de l’extension de l’industrie Régnyçoise, c’est le 9 juin 1950 que la déclaration d’utilité publique fut prononcée et la construction commença.

 

Photo du groupe scolaire le jour de l’inauguration le 1ère juillet 1956 il y avait 450 enfants

Photo du groupe scolaire en 2020

Le groupe scolaire est réparti sur deux étages avec à l’époque, au 1ère étage trois il y avait trois classes de garçons et trois classes de filles (en1950 pas de classe mixte, la mixité dans nos écoles est relativement récente puisqu’elle date des années 60 - 70 et obligatoires en 1975), le rez-de-chaussée est occupé par deux préaux couverts, une salle atelier, un réfectoire et deux cours de récréation. 

 

Côte Ouest le bâtiment comprend une aile indépendante sur deux étages répartis en 6 logements destinés aux maitres ou maitresses et leurs familles, côté et une autre aile comprennent deux logements pour le directeur ou la directrice et son adjointe ou adjointe, en contrebas l’ensemble domine le terrain de sports d’une superficie de 3000 mètres carrés et l’école maternelle.

 

La partie maternelle est située au sud du groupe scolaire en bordure de la route de Roanne plus précisément à l’angle de la rue de Bassy et de la rue du 8 mai 1945, le rez-de-chaussée se compose de deux salles de classe, des lavabos et w.c., d’une salle de repos, et d’une salle de réception et d’attente, à la 1ère étage une grande salle de jeux et de recréation pour les jours de pluie s’y trouve aussi à cet étage la salle pour la cantine. Désormais la cantine pour l’ensemble des élèves se trouve derrière la salle des fêtes de Régny, rue Jules Ferry.

La municipalité actuelle vient d’effectuer certains travaux comme la remise en état d’une partie de la toiture et restauration du mur extérieur…/

Rénovation de l’école primaire pour un aspect plus moderne et aux normes actuelles.

Comme nous venons de le voir, le groupe scolaire Georges-Fouilland a ouvert ses portes il y a 65 ans en octobre 1955. Cette année 2020, la municipalité vient de lui donner côté nord un aspect un peu plus moderne et aux normes actuelles avec une rénovation thermique murs et fenêtres, panneaux photovoltaïques sur le toit, une rampe pour l’accès des personnes à mobilité réduite, le réaménagement du parking et une nouvelle entrée majestueuse au centre de la façade nord.


Cette première tranche de travaux a duré un an, sachant que les ouvriers sur le chantier travaillaient que les mercredis et pendant les vacances scolaires pour les travaux bruyants et ont respecté le confinement du Covid-19.

 

La deuxième tranche
« Le responsable des travaux, le troisième adjoint, à la municipalité, précise que les panneaux photovoltaïques placés sur le toit vont servir uniquement pour la revente d’électricité.

 

Il précise également que la deuxième tranche des travaux démarrera courant 2021 avec la mise en place d’un ascenseur, le réaménagement des classes ainsi que l’isolation extérieure côté sud… »

 

FACADE NORD APRES LA RENOVATION

La municipalité actuelle vient d’effectuer certains travaux comme la remise en état d’une partie de la toiture et restauration du mur extérieur…/

En 1956 la première classe de 6ème avec a gauche Janine Duboeuf une des premières professeures au collège de Régny. 

À l’emplacement du city stade, dans les années 1960, avec les préfabriqués pour les classes du collège.