Patrimoine de Regny 

Culture et Histoire 

Notre association a pour objet de recenser, faire connaître, valoriser, animer, mettre en valeur le patrimoine, religieux, industriel, artistique, culturel et historique de village.

« L’HERITAGE NE SE TRANSMET PAS, IL SE CONQUIERT »

André Malraux (1935)

LES POMPIERS DU VAL DE RHINS

A lire.

Sur l'héritage culturel - Malraux.org

En novembre 1883 plus précisément le 11, sous le mandat de Louis Ponthus (1878-1884, la mairie autorisât l’organisation du premier corps de sapeurs-pompiers de Régny, à la demande des conseillers Lièvre et Jobert, la municipalité accorda une subvention spéciale de 550 francs de l’époque pour l’achat d’une pompe à incendie et les accessoires qui allaient avec. 

LE PREMIER CORPS DES SAPEURS DE POMPIER OFFICIEL DE REGNY

En 1949 sous le mandat de Jean Devillaine, 1947-1964 soit (17 ans de présence à la tête de la municipalité), une réorganisation du corps des pompiers fut mise en place, avec dans un premier temps la construction d’un local en continuité de la poste (actuellement la bibliothèque) pour accueillir le premier corps officiel des pompiers de Regny, qui se composait d’une quinzaine hommes, avec un camion DODGE équipé et une motopompe d’une capacité de 30 mètres cubes.

Le premier corps des sapeurs-pompiers de Régny était constitué des artisans et commerçants du village.

De gauche à droite :

 

Debout dernière rangée, Henri Liébra, Michel Mathieu, Jean Brison, Marcel Touzet, Jean Legros, Robert Lafay, Jean Louis Vallois. 

 

Debout avant dernière rangée, Jean Plasse, Camille Perrin, Armant Touzet, Alphonse Sautet, Etienne Garnier, Rinaldo Mazzariol, Claudus Plasse. 

 

Assis, Edmond Jonin, Guy Patissier, le Maire Jean Devillaine et le lieutenant Louis Vinet. 

Deuxième corps des sapeurs pompier de Régny, milieu des années 1950.

De gauche à droite :

 

Debout, Marius Raffin le garde champêtre de l’époque, Robert Lafay, Henri Liébra, Gustave Rambert, Jean Berchoux, Etienne Chevillard.


Assis, Albert Chapuis, Robert Cafetier, André Campfort, le Maire Jean Devillaine, Jean louis Valois, Michel Mathieu et Edmond Kotula.

AVANT

APRES

De nos jours, emplacement de la première caserne.  

Premier  local des pompiers construit en 1950

dans la continuité de la poste.